Page:Le Goffic - Les Romanciers d’aujourd’hui, 1890.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


au lieu d’un grand crâne ; et s’ils veulent dire la bienfaisante influence du printemps, il n’y a encore que M. Rosny et eux pour assurer que « la palingénésie universelle renouvelle les globules ». Malgré tout, lisez Rosny. Ses livres enferment d’indéniables qualités de pensée et de réflexion. Et, par exemple, dans cette causerie du début, entre Marc et Honoré Fane, sur « les lieux communs du rêve », que de petits faits significatifs et bien observés ! Je regrette seulement que M. Rosny ait ramené toutes ses explications à la physiologie. Vous me dites que tel songe, « plein d’un tas de choses révoltantes », [1] provient de

  1. Il y a là-dessus un mot bien terrible de Sophocle et presque impossible à traduire :

    Πολλοὶ γὰρ ἤδη κᾀν ὀνείρασιν βροτῶν
    Μητρὶ ξυνευνάσθησαν

    (Œdipe-Roi, 966-967.)