Page:Le Nismois, La Tunique de Nessus, 1900.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bannière de début de chapitre


IX


Cette lettre mit en effervescence Stanislas. Qu’en aurait-il été s’il eût connu réellement tous les actes de sa femme durant ces quelques heures d’absence. Elle parlait des plus importants, en les revêtant d’un certain voile, elle ne parlait pas de ses hauts faits d’initiative personnelle.

Carle parti, elle s’habilla promptement, envoya chercher un fiacre et se fit conduire rue Cambon.

Elle sonna à la porte d’un deuxième étage, et une domestique âgée qui lui ouvrit, s’écria en la voyant :

— Tiens, c’est vous ! Ah, vous voilà ! C’est Madame qui n’a pas été contente de ne plus avoir de vos nouvelles. Est-ce qu’on disparaît de la sorte !

— Mme Beaugitard y est-elle ?