Page:Le Nismois, La Tunique de Nessus, 1900.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bannière de début de chapitre


XII


Dans la chambre de Stanislas, les trois hommes étaient montés se dévêtir ; dans celle d’Irène, les trois femmes faisaient de même.

Les esprits s’échauffaient : le repas fini, on voulait de la volupté.

Les trois hommes étaient nus : trois types différents s’accusaient dans les queues, dans les corps ; ils se regardaient, s’analysaient. Mohammed reconnut chez Stanislas les anciens rapports qu’il eût avec Paulet ; le prêtre Déculisse, avec sa blancheur de peau et la finesse de ses contours, trahissait des anciens vices masculins. Les trois hommes s’estimèrent devoir être plus que des alliés. Irène, venant les chercher, les surprit s’adressant des compliments réciproques sur leur sexualité.

Pure et blanche vision de perfection féminine ayant l’amour de l’homme, elle ne les gênait