Page:Le Nismois, La Tunique de Nessus, 1900.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 41 —


femmes ; elle demeurerait l’idole, mais l’idole complice des caprices mâles et en profitant.

Donc, Stanislas pouvait courir après d’autres femmes et il y aurait moyen de combiner leurs fantaisies sur cette voie.

En somme, si on habitait en Turquie, si Stanislas était un pacha, elle serait bien obligée, même en ayant le titre de sultane favorite, de le laisser commercer avec d’autres femmes. Elle avait été lesbienne avec Elvire, avec Lucie, avec la comtesse de Clamaran, pourquoi ne le serait-elle pas à S… et ne transformerait-elle pas sa passion de suçage en passion de minettes. Elle en avait eu le goût ; ce goût à S… aurait du piquant.

Pendant qu’à plusieurs reprises, dans leurs excursions, le même besoin charnel les jetait l’un et l’autre dans la frénésie des diverses voluptés, elle travailla cette idée et en entrevit les avantages. Faire venir des femmes du dehors, on risquait de soulever l’animosité du pays ; attirer les femmes de la ville, sans doute le danger apparaissait plus grand, une indiscrétion parvenant aux mères occasionnerait un gros scandale ; mais, qui commettrait l’indiscrétion ! Irène, se créant la reine d’un sérail possible, ne