Page:Le Nismois - L’Armée de volupté, 1900.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’Armée de Volupté, Bandeau de début de chapitre



XI


La voiture, pour le retour, suivait le bord de l’eau et ne marchait pas à une excessive allure, chacun éprouvant le besoin de rêvasser dans le doux silence de cette nuit succédant à la fièvre du repos.

Largement payée, Mélanie avait fait les plus bruyantes démonstrations de dévouement ; Polycarpe, impassible sur son siège, paraissait planer sur tout le monde.

La fête n’était pas terminée, elle commençait. On allait dans le quartier Monceau, à la garçonnière du comte de Bout-