Page:Le Nismois - L’Armée de volupté, 1900.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’Armée de Volupté, Bandeau de début de chapitre

V


Et le vide, éprouvé au réveil de la veille, fut encore plus accentué, et se saisissant le front à deux mains, il se demanda s’il n’avait pas rêvé.

Appelant Léonard, il l’interrogea :

— À quelle heure suis-je rentré ?

— Monsieur ne s’en souvient pas ?

— M’en informerais-je, animal.

— Monsieur ne se fâchera pas si je lui réponds.

— Ah ça, perds-tu l’esprit, Léonard mon ami, pourquoi me fâcherais-je, puisque je te pose la question.