Page:Le Parnasse contemporain, III.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIX

LES ÉTOILES


Les cieux resplendissants d’Étoiles
Aux radieux frissonnements,
Ressemblent à des flots dormants
Que sillonnent de blanches voiles.

Quand l’azur déchire ses voiles,
Nous voyons les bleus firmaments,
Les cieux resplendissants d’Étoiles
Aux radieux frissonnements.

Quel peintre mettra sur ses toiles,
O Dieu ! ces clairs fourmillements,
Ces fournaises de diamants
Qu’à mes yeux ravis tu dévoiles :
Les cieux resplendissants d’Étoiles ?