Page:Le Parnasse contemporain, III.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Temple infini, devait finir !
Sans songer qu’il faut qu’on sommeille,
Et sans songer que Dieu qui veille
A fait la mort pour l’avenir.

Va donc vaillamment, cœur timide,
Car l’hiver est la chrysalide
D’où s’échappera le printemps.
Et la mort, peut-être, est la voûte
Qui, passant sous le sombre doute,
Conduit aux parvis éclatants.