Page:Le Parnasse contemporain, III.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXIII

LES MÉTAUX


Les Métaux, les divins Métaux
Que toujours l’homme voit en rêve,
Ornent la couronne ou le glaive
De tous les Péchés capitaux.

L’orgueil jette sur ses manteaux
Pour cette vie, ô Dieu ! si brève,
Les Métaux, les divins Métaux
Que toujours l’homme voit en rêve.

L’or gémit sous les vils râteaux
Que toujours le banquier soulève,
Et pour parer les filles d’Ève
Nous tourmentons de nos marteaux
Les Métaux, les divins Métaux.