Page:Le Parnassiculet contemporain, 1872.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Sur le monde idéal s’éteint comme en un songe ;
Le croc du loup s’enfonce aux artères d’où sort
Le sang chaud de la Vie ; et le chacal allonge
Sa dent aux ossements refroidis par la Mort.

Le Verbe que voilaient le tumulte et le râle
Se fait entendre alors. Il domine la Chair ;
Le Rayon éclipsé se rallume plus clair,
Et l’Aube des grands jours se lève rose et pâle.