Page:Le Parnassiculet contemporain, 1872.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 50 —



ÉPILOGUE



En ces vers où l’esprit se tord,
Le mot bondit, la rime chante ;
Pégase, cinglé, rue et mord
En ces vers où l’esprit se tord.
Apollo pique un son discord,
Et la Muse devient bacchante
En ces vers où l’esprit se tord.



FIN.




____________
________
___