Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des salariés, et de demander du travail hors du domaine. Partout cette situation fait naître des mœurs spéciales, parfois des vertus éminentes. On y trouve souvent réunis le bien-être et la frugalité, l’amour du travail et le goût de l’épargne, la dignité personnelle et l’esprit d’obéissance, la stabilité et le progrès. Cette classe a depuis longtemps une importance considérable en Europe : elle est caractérisée dans chaque langue par une expression spéciale ; et, bien que le nouveau régime français repousse les distinctions de classes, les individus appartenant à cette catégorie continuent à être habituellement désignés par le nom de paysans.

Dans les constitutions sociales peu compliquées, on vise ordinairement à conserver, par des prescriptions spéciales, l’état d’équilibre qui caractérise la situation des paysans chez les peuples les plus intelligents et les plus libres, on laisse à l’intérêt individuel le soin d’y pourvoir. En fait, la pression des règlements locaux ou le libre arbitre des individus fonde en général la stabilité et le bien-être de cette classe sur le principe de la transmission intégrale des héritages.

En 1793, à l’époque où nos législateurs modifiaient si profondément l’ancienne constitution française, on sembla se préoccuper, plus qu’on ne le faisait précédemment, d’accroître l’influence des paysans. Mais on pensa alors que, pour at-