Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais, mieux que les deux autres, il concilie la vertu avec un certain développement de richesse chez les individus, et de puissance chez les gouvernants.

En résumé, le régime de la famille imprime aux populations leur caractère distinctif et crée ainsi leur destinée. La famille patriarcale entretient l’esprit de tradition et de communauté. La famille instable développe l’esprit de nouveauté et d’individualisme. Quant à la famille-souche, elle conjure les exagérations et réunit les avantages de ces deux tendances opposées.

§ 3

LES CONTRASTES DE L’ORIENT AVEC L’OCCIDENT TOUCHANT LES LIEUX, LES RACES ET LES FAMILLES

Toutes les races d’hommes n’ont point trouvé sur leur territoire des conditions également favorables à une bonne organisation de la famille. Sous ce rapport, les régions extrêmes de l’ancien continent offrent des différences très marquées[1].

Ce contraste est frappant, au premier aspect des lieux, pour le voyageur qui se transporte, des rivages de l’Atlantique, sur les immenses plateaux herbus compris entre l’Altaï et le Thibet. Il est encore fort apparent de nos jours pour

  1. L’organisation du travail, p. 43 à 51, 394 à 397.