Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/473

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’effectuent par l’héritier associé et les domestiques, aidés à certains moments de l’année par les Haüslinge. Dès quatre heures du matin, les garçons donnent la nourriture au bétail, les servantes préparent le repas. À cinq heures et demie, tous les gens de la maison s’assemblent dans le Dunzen pour le culte du matin, fait par le maître de maison, et qui est immédiatement suivi du café. À six heures, chacun part pour le travail du jour, emportant le Butterbrod (repas composé de pain et de lard ou saucisson, que l’on prend aux champs vers dix heures). À midi, le dîner réunit de nouveau la famille et les habitants de la ferme. Soupe faite avec du petit lait cuit et du gruau de sarrazin, lait caillé et pommes de terre en sont les éléments habituels. Le repos dure jusqu’à deux heures. Puis, après avoir bu le café, on repart jusqu’à huit heures, moment du souper. À la soupe et au lait caillé s’ajoute alors un morceau de viande fumée, porc, bœuf ou mouton.

Dès que vient l’obscurité de l’hiver, autour de la flamme résineuse qui brûle dans le Flett. le travail s’organise le gardeur d’abeilles tresse avec de la paille les paniers de ses ruches, tandis que les garçons, sur l’aire du fond, battent le blé.

Au souper succède chaque jour le culte du soir. Celui-ci ne dure guère moins d’une demi--