Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vaut l’eskiekiers od les eskiés.
Li Rois dist que rices eskiés
Seroit de tel juel trouver.
Renart ala apriès douner
A la Roïne un anel d’or
2530K’aporter fist de son tresor,
Dont sans plus valoit la perrie
Tout le tresor de Lombardie.

Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d234-Portée sans paroles
Dame, ne m’oubliez mie, car onques ne vous oubli.[1]
Cascun douna lonc çou k’il fu :

Cascuns chevaliers d’un escu
Od de lui un hanap d’argent,
Ce fu assés avoec tel gent ;
Et cascuns baneres ot d’or
Une coupe, et un destrier sor,
Dont li destriers valoit cent mars.
2540A cascun escuier Renars
Fait douner cent sols de tornois.
Cascuns dist c’ainc mais si cortois
Princes ne fu, et qu’il sera
Trop grans sires ki vivera.
Ce sera mon, cascuns respont.
Lors atant caroler s’en vont
Maint et conmunal pour deduire,

  1. Le refrain ne se trouve que dans le manuscrit 7615.