Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


De l’amor Renart : mais remetre
Li fist un poi son cuer la letre.
Souvent oï dire l’avés,
Tost se reprent tisons arsés.
De le letre ont moult de solas
Les Dames, et en font lor gas,
Et en dient mainte parole.
Lors une cançon de carole
La Roïne dist et canta :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d320-1
Amours me font brisier mon maria —ge
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d320-1
4460 Por l’amor a tel y a.[1]
Puis dist à la louve Hiersent,
Dame, oiiés mon conmandement,
C’est que je voel que vous lisiés
Vo letre en haut et l’ataigniés.
Ele l’ataint sans plus riens metre,
Et puis si lit en haut le letre.
Cascune de cuer l’escouta,
La letre ensement conmença.



  1. 7615 J’ai pensé à tel i a.

      2736 Se Deu plaist miex m’en venra.