Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En grant paour trestot l’ont dit
Cil ki le sevent, car de fit
Cuident tantost en mer noiier.
5350De peurs prist Renart à criier,
Dounés-nous l’aighe bénéoite.
Uns prestres couru en grant coite
L’orcuel aporta et l’esparge.
Renart li rueve k’il esparge
Par tout sus et jus, bas et haut.
Cius si fist lors, et d’un cant haut

Dist ce vier par sollempnité :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d358-1
Asperges me, Domine, ysopo et mundabor ;
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d358-2
Lavabis me et super nivem dealbabor.

    Un pou apriès li tans canga,
5360Coi fist et li solaus raia :
En mer n’apert waghe ne onde.
Renart en qui tous maus abonde,
Por le biel tans prist lors à rire,
Et puis si prist en haut à dire :
Ki set ù nous sommes, sel’ die.
Cascuns respont, jou n’en sai mie :
Dont fist-on Cointeriel monter
Où coffin haut por regarder
S’il puet nul sens tiere quoisir,
5370Et se le nave au Roi véir