Page:Le Tour du monde - 03.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sur la gauche, une autre agrégation plus haute, mais moins large, prend la forme d’un immense plant de fenouil attenant au rocher.

À l’extrémité inférieure de la grotte dont le sol est en pente douce, se trouve une petite grotte, le boudoir de ce salon géant ; elle est de plain-pied avec la première, dont elle n’est séparée que par un mur de deux mètres trente centimètres environ dans lequel est pratiqué un trou carré qui lui sert à la fois d’entrée et de jour de souffrance. L’intérieur est revêtu d’un marbre blanc recouvert de cristallisations transparentes qui affectent, lorsqu’on les casse, la forme de petits cubes ou de losanges, tels que j’en ai vu dans la baume[1] de San-Michieo d’aïgue douço (Saint-Michel d’eau douce), dans la banlieue de Marseille, un des plus curieux échantillons de la cristallisation souterraine en France, et qui peut rivaliser avec les célèbres grottes d’Arcy et d’Auxelles.

C’est près de l’entrée de cette petite grotte qu’on remarque des stalagmites d’une nature tout exceptionnelle. Elles ressemblent à de jeunes arbres dépouillés de leurs branches et couverts de givre ; leur cassure présente à l’intérieur des veines, espèces de cercles concentriques assez irréguliers, analogues aux aubiers du bois récemment scié.

Vue extérieure de la grotte d’Antiparos. — Dessin de Rouargues d’après M. A. Spoll.

Il fallut cependant penser au retour. Le docteur avait empli ses poches d’échantillons minéralogiques, et moi pris à la hâte quelques croquis ; nous remontâmes donc, et quelques instants après le jour nous était rendu. Nos yeux accoutumés à l’obscurité furent éblouis du spectacle qui nous attendait. Le soleil à son déclin avait empourpré la mer ; les îles Nio, Sikino et Policandro, placées entre le soleil et nous, sortaient violacées de la brume qui s’épandait à l’horizon d’une finesse de ton surprenante. Plus près de nous qui resplendissions encore de lumière, se dressait, sombre, l’île de Baros si blanche le matin, de l’autre côté de son canal dont l’onde coulait noire et rapide.

Il nous restait encore un plaisir, celui de raconter à nos paresseux compagnons de traversée les détails de notre excursion, ce que nous ne manquâmes pas de faire lorsque la cloche du bord nous eut tous réunis.

E. A. Spoll.



  1. Baume en provençal signifie grotte, caverne.