Page:Le Tour du monde - 24.djvu/433

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VOYAGE D’EXPLORATION EN INDO-CHINE. – Texte inédit par M. FRANCIS GARNIER, lieutenant de vaisseau( suite). – Illustrations inédites, d’après les dessins de M. DELAPORTE, lieutenant de vaisseau. – 1866-1867-1868.

  • XI. Muong You. – Arrivée de M. de Lagrée. – Fabrique d’armes deSamtao. – Navigation sur le Nam Leuf. – La vallée de Muong Long. – Une route et un pont chinois. – Nouvelles difficultés. – Départ pour XiengHong. – Description de cette ville. – État politique de la contrée. …289
  • XI (suite). Populations mixtes de Xieng Horg. – Voyage de Xieng Hong à Muong La ou Se-mao. – Arrivée en Chine. – XII. Réception à Se-mao. – Description de cette ville. – Guerre des Mahométans. – Départ pour Pou-eul. – Salines d’Ho-boung. …305
  • XIII. De Pou-eul à Lin-ngan. – Les salines de Mo-he. – Nous changeons de bassin. – Le Pa-pien kiang et le Pou-kouKiang. – Ta-lan. – Les mines d’or. – Yuen-kiang et le fleuve duTong-king. – Je me sépare de l’expédition. -Lin-ngan. – Une quasi-lapidation. …321


VOYAGE EN ESPAGNE, par MM. GUSTAVE DORÉ et le baron Ch. DAVILLIER. 1862. – Dessins inédits de GUSTAVE DORÉ ; Texte inédit de M. le baron Ch. DAVILLIER.

  • Le château d’Alba de Tormès. – La ville. – Le couvent des Carmelitas Descalzas ; encore sainte Thérèse. – Les environs de Salamanque. – Les Charros et les Charras ; leur naïveté ; leur costume. – Le Tormès. – Les Carboneros de Salamanque. – Le Carpio. – Bernado delCarpio. – Les Batuecas ; les Hurdes. – Fables singulières sur les Batuecas. – Les Béotiens de l’Espagne. – Un roman de Mme de Genlis sur lesBatuecas. – L’ermitage de Nuestra Senora de la Pena de Francia (Notre-Dame du Roc de France). – Quelques mots sur la langue castillane. – Opinion de Brantôme et de Cervantès. – Hablar et Parlar. – Éloge de la langue castillane par Yriarte et par le marquis deLangle. – Ce qu’en dit le Vago italiano. – Critique du cardinal du Perron. – Les Os et les As. – Charles-Quint et la langue des dieux. – Deux perroquets tués parce qu’ils parlaient français. – Comment le conseiller Bertaut se trouve bien de savoir l’espagnol. – LaGermania, ou argot espagnol. – Les romances de Germania. – Classification noms des voleurs. – Expressions pittoresques : parties du corps ; noms des vêtements. – La prison, la justice et le garrotte. – Les armes, etc. – Analogie entre la Germania et l’argot français. – De Salamanque à Zamora. – Le palais de Dona Urraca. – Les murailles et la Puerta de Zambranos. – Toro. – Le Duero et ses eaux. – Medina del Campo. – Ses foires au seizième siècle. – Le Castillo de la Mota. – Isabelle la Catholique et César Borgia. – Charles-Quint et le brasero d’or massif. – Le brasero du duc d’Albe et celui de PhilippeIII. – Les blés de la Castille au marché de Medina del Campo. – Valladolid, ancienne capitale de l’Espagne. – La Plaza Mayor et la Acera de San Francisco. – Encore des autos de fé. – Le Campo-Grande. – La Calle de laPlateria. – Les orfévres de Valladolid au seizième siècle et ceux d’aujourd’hui. – Le musée. – Pompeo Leoni. – Le Berruguete, Gregorio Hernandez et leurs sculptures en bois. – La cathédrale. – La façade de San Pablo. – San Gregorio et sonpatio. – La maison où naquit Philippe II. – La Calle de Colon. – La maison de Cervantès. – L’Esgueva et le Pisuerga. …337
  • PALENCIA ET LEON. – Palencia et les Palencianos. – Le rio Carrion et le romancero du Cid. – La cathédrale : la chaire en bois sculpté ; la reja (grille) du chœur ; les broderies ; la Cuslodia de Juan de Benavente. – Les fleurs de lis et la légende de San Antolin. – De Palencia à Léon en chemin de fer. – Paredes de Nava. – Grajal. – Sahagun et son clocher. – Léon. – La cathédrale et le cloître. – Le couvent de San Marcos ; les sculptures de la façade ; les salles du chœur : Guillermo Doncel. – L’église de San Isidro el Real. – Des ravages et des déprédations attribués à tort aux Français. – La Casa de los Guzmanes. – La Plaza Major. – De Léon à Astorga. – L’ancienne Asturica Augusta. – La cathédrale : le retable de Baspar Becerra. – La statue de Pedro Mato. – La Maragateria. – Encore les Maragatos ; leurs mœurs et leur caractère ; les Maragatas ; la Bible et le Maragato. – La feria d’Astorga. – Les gitanos dans la province de Léon. – Un photographe antiquaire. – Le théâtre. – Les comicos de la legua. – Les titeres ou marionnettes ; le tiliritero. – Les sombras chinescas. – La posada d’Astorga. – Naïveté d’une servante. – La cuisine espagnole. – Sobriété nationale. – Les buveurs d’eau et les borrachos. – Quelques festins célèbres en Espagne. – Le puchero d’aujourd’hui. – La olla podrida d’autrefois. – L’oille et les pots-à-oille de nos pères. – Comment se fait un bon puchero. – Les garbanzos. – Les altramuces. – L’ « animal encyclopédique ». – Le jamon et le tocino. – Les choziros, morcillas, etc. – La manteca de cerdo. – Le dessert en Espagne : cabellos deangel, orejones, mostillo, etc. – Le chocolat d’Astorga. – Introduction du chocolat en Espagne. – Opinion des théologiens et des casuistes. – Le chocolat rompt-il le jeûne de l’Eglise ? – Ce qu’en passe Escobar. – Comment le pape Paul V résolut la question. – Le livre du P. Tomas Hurtado. – Comment on falsifiait autrefois le chocolat en Espagne. – Saint-Simon, Philippe V et les jésuites. – Différentes manières de prendre le chocolat. – Quelques anciennes recettes : la cannelle, le poivre rouge, le musc et l’ambre gris. – Leschocolateros. – Un empoisonnement par le chocolat. – Comment les médecins l’ordonnaient à leurs malades. – Les jicaras et le jicarazo. – Un couplet populaire sur la tasse de chocolat des nouveaux mariés. …353
  • GALICIE. – BURGOS. – Le Vierzo. – Villafrancha del Vierzo. – LaGalice. – Lugo. – Les Gallegos. – Les segadores. – Quelques plaisanteries sur les Gallegos. – L’accouchement du Galicien. – LaGallegada. – Saint-Jacques de Compostelle. – Les pèlerins. – Le Camino francés. – La cathédrale de Santiago. – Oviedo. – Les reliques de la Camara Santa. – Les Asturies. – Don Pelayo. -Covadonga. – L’inscription du roi Silo. – Le Puerto de Pajares. – Burgos. – Le climat. – La Plaza de laLibertad. – Les Castillans. – Des monteras espagnoles, considérées dans leurs rapports avec les casques. – Guenilles et haillons. – Les Pobres de Solemnidad. – Le Mercado de lallendre. – Un poëte espagnol et les piojos. – L’éloge de la puce. – Le poëte Cetina et les pulgas. – Les chinches. – Un vers de Martial. – Une copla populaire à propos des chinches. – Seguidillas philosophiques chantées par un mendiant. – La Casa del Cordon. – L’Ayuntamiento. – Les os du Cid et de Chimène… en bouteille. – La cathédrale de Burgos. – Une porte en bois sculpté. – Les stalles du chœur. – La Capilla delCondestable. – Ses tombeaux. – Un escalier monumental. – La Capilla del Santo-Cristo. – Traditions et légendes. – Un Christ recouvert de peau humaine. – Le Papa-moscas de Burgos. – Une vierge de Sébastien del Piombo. – Le Cofre del Cid. – Deux juifs accommodants. – Le clergé de la cathédrale de Burgos. – La musique dans les églises d’Espagne. – Les oiseaux dans les églises d’autrefois : les serins, les alouettes et les corbeaux. – La légende de saint François. – Une séguidille populaire. – Encore les processions religieuses : les Pasos et le Corpus. – Les tapisseries aux balcons. – Les drames religieux. – Un dialogue entre le grand prêtre Anne et Judas. – Les processions deporfia. – Un fanfaron andalous et le Saint-Sacrement. …369