Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
21
fortunez. Entreprise I.

_________________________________________________________________


DESSEIN TROISIESME.


Fulondes raconte ce que la vieile Fee luy fit, & comme ietté en la grotte, il fut auec le ſerpent, ou il veſcut de la pierre raſſaſiante. Le ſerpent l'eſleua de la grotte. Et la vieille Fee s'y precipita.



LE iour que ie penſois receuoir la compagnie que i'auois inuitee en la maiſon de ma mere, m'eſtant leué aſſez matin à cauſe que mon eſprit eſtoit vn peu eſmeu, ie ſorty auec vne harquebuſe de chaſſe en ma main, & m'en allay en intention de tirer quelque coup, ie tracé ſur les orees de la foreſt noire, où ie vy vn loup ceruier cheminant negligemment, ie m'auancé, mais en vain : car m'ayant apperceu, il s'enfuyt, la pour ſuitte que i'en entrepris m'attira tant auant en la foreſt, que ie m'eſgaré, & plus ie penſois me deſueloper de la ſorest, plus ie m'y enlaçois, à la fin allant & venant, ie commencé à me recognoiſtre, car ie remarqué la fontaine de la Fee Fleuroſe, qui eſt autant gracieuſe que ſa mere eſt meſchante : ie trouué la belle cueillant quelques herbes, & elle m'ayant enqueſté de mon auenture, me pria d'entrer en ſa petite maiſonnette, elle m'en preſſa aſſez, mais ie la refuſé, luy faiſant mes excuſes qui eſtoient legitimes, leſquelles ouyes & receues, elle me monſtra le chemin pour eſtre bien toſt hors de la foreſt. Ie prenois congé d'elle, & n'en auoit pas encor laiſſé aller la derniere


B iij