Page:Le financier et le savetier.pdf/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



PREMIER INVITÉ.
––––––Allons ! Gagné !C’est épatant !

BELAZOR.
––––––Ma maison ! un million !

LARFAILLOU.
––––––Ma maison ! un million ! Vraiment ?

BELAZOR.
––––––Allons !

LARFAILLOU.
––––––Allons ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Allons ! Gagné !C’est épatant !

LARFAILLOU.
––––––Tiens ! tes lunettes à présent ?

BELAZOR.
––––––Banquo !

LARFAILLOU.
––––––Allons ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Allons ! Gagné !C’est épatant !

LARFAILLOU.
––––––Et puis ton bel habit flambant ?

BELAZOR.
––––––Banquo !

LARFAILLOU.
––––––Allons ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Allons ! Gagné !C’est épatant !

LARFAILLOU.
––––––Que te reste-t-il maintenant ?

BELAZOR.
––––––Plus rien.

LARFAILLOU.
––––––Plus rien. Bonsoir !

PREMIER INVITÉ.
––––––Plus rien. Bonsoir ! C’est épatant !

BELAZOR.
––––––––On peut voir à ma mine
––––––––À quel point je gémis
––––––––De l’affreuse débine
––––––––Où Larfaillou ma mis…
––––––Ah ! si ma fille était ici
––––––Elle en aurait bien du souci !
ensemble.

BELAZOR. PREMIER INVITÉ.
––––––––Le jeu, fièvre brûlante,
––––––––A causé mon malheur :
––––––––Mon âme est languissante
––––––––Et j’ai bien mal au cœur !