Page:Le mécanisme du toucher, Marie Jaëll.pdf/63

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.
47
le mécanisme du toucher

IV

les empreintes et la souplesse des mouvements

La forme révélée par les empreintes papillaires : les illusions du toucher résolues par les empreintes. — Les contacts coordonnés de la main droite et les contacts incohérents de la main gauche ; l’action exercée sur la motilité par la correspondance des contacts. — Les empreintes d’un accord dont la sonorité est mauvaise ; les empreintes d’un accord dont la sonorité est harmonieuse. — La personnalité dans les empreintes. — L’étude munie d’un contrôle scientifique ; la lecture des empreintes ; les rapports des phénomènes physiologiques et des phénomènes esthétiques. — L’altération des contacts dans l’exécution des passages difficiles ; le perfectionnement des contacts. — Les poses acoustiques.

L’étude du mécanisme du toucher appliqué aux actes même les plus simples, offre un intérêt réel par l’analyse des empreintes du toucher et de leurs rapports avec le caractère des mouvements.

C’est par les dispositions des contacts que nous établissons la forme d’un objet que nous touchons ; car si prenons, par exemple, alternativement la même bille entre les doigts des deux mains, à moins que nous soyons gauchers, elle ne nous paraît sphérique que dans la droite. Dans la main gauche, non seulement nous lui attribuons de plus grandes dimensions, mais elle nous fait