Page:Le roman de la luxure, tomes 4 et 5, La Veuve amoureuse - Orgies continentales, 1925.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
149


le costume d’apparat d’Adam et d’Eve avant qu’ils ne mangent la pomme.

Cette nuit fut entièrement dédiée aux sacrifices à Sodome, car le pasteur commença par enculer le comte qui enfilait sa femme, et quand sa vieille pine fut prête pour un deuxième sacrifice, il me la fourra dans le cul pendant que j’en faisais autant entre les immenses fesses de ma tante qui se faisait enconner par le comte.

Ce fut le coup de grâce pour la vigueur de mon oncle pendant cette nuit, mais il gamahucha toutes les femmes dès qu’elles venaient d’être foutues par les trois autres hommes. Nous leur fîmes éprouver à toutes la double jouissance, pendant que ceux qui se trouvaient inoccupés s’amusaient au gentil petit jeu de la langue et du godmiché.

Ce fut encore une nuit pleine de ravissements.

Les autres nuits suivantes, pendant notre visite, nous fûmes obligés d’avoir recours à la verge pour faire bander la bonne vieille pine de mon oncle ; et moi-même la nuit du dimanche suivant, la dernière de notre visite, épuisé par les précédentes orgies, je fus fouetté par mon oncle avec une vigueur qu’il n’avait certainement jamais eue avec ses autres élèves, afin, disait-il, de faire cesser ce qu’il appelait « la paresse » de ma pine.

La vérité était qu’il avait une envie folle de se payer sur mon cul le plaisir de donner une bonne fessée.

Il avait déjà par force fait subir à la Frankland et au comte la même punition et les avait