Page:Lebel - La valise mystérieuse, 1930.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’est pas destinée à être corrigée.
55
LA VALISE MYSTÉRIEUSE

LA VIE CANADIENNE LE COIN DU POETE REGARDE ! “Où donc est le bonheur ?" Mais il sourit partout le bonheur, ô poète ! Mais vois donc ! Et le monde est là qui te fait fête, Heureux comme un pinson au réveil d’un beau jour. . . Le bonheur ? Il fleurit sur les lèvres rieuses Des enfants aux yeux purs, roses mystérieuses. Où se sont incarnés gloire, lumière, amour ; Mais il vit, mais il chante aux branches toutes vertes ; Il passe avec le vent qui caresse nos fronts, S’amuse sur le seuil des portes entr’ouvertes, Et près du foyer clair vient s’amuser en rond, .. Il est dans le sang pur et la poitrine ardente, Dans l’esprit fier et doux, de grands dégirs épris ; Le bonheur ? Beatrix en couronna le Dante, — Et qui donc n’a pas eu, dis-moi, de Béatrix ? Il est dans le regard qu’on jette sur le monde, Dans le livre qui parle, exquis, calme ou profond ; Il est dans un oeil noir, sur une tête blonde, Il est dans la pensée éclatante et sans fond ; Poète, il te demande, il te cherche, te presse, En dépit de ce noir que tu voudrais broyer ; Où tu marches, partout, il suit avec tendresse, Trottine à tes côtés et veut te tutoyer ! Il échappe à tes yeux ? Mais tu pourrais l’entendre, Puisque dans toute chose il met de sa gaîté ; Puisque dans la nature il s’offre bon et tendre, Et qu’autour de toi-même il sème la beauté ? Le bonheur ? Dans le rêve il fait luire des ailes, Neiger des fleurs, prier harpes et violons ; Il peuple nos sommeils d’âmes surnaturelles, D’exquises visions.... Il restera si nous voulons ! Car dans tous les coeurs purs il vit comme une étoile, Et Dieu qui l’a mis là ne permettra jamais Que ce besoin de l’homme ou se tache ou se voile, L’ayant placé dans nous et sur tous les sommets ! Antonin PROU LX. Le Canada, tout en froidure, A moins d’été qu’il n’a d’hiver. Est-ce un défaut de la nature ? Mais non ! Cartier l’a, ■■ .“découvert”. B. S. L’aéroplane émerveille les foules, Mais ce condor épouvante les poules. B. S.