Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
L’AIGUILLE CREUSE
169

— Châteauroux ?

— C’est ça… Châteauroux…


Beautrelet n’avait pas attendu qu’elle eût prononcé la dernière syllabe. Il était debout déjà, et sans se soucier de Froberval, sans plus s’occuper de la petite, tandis qu’elle le regardait avec stupéfaction, il ouvrait la porte et courait vers la gare.

— Châteauroux… Madame… un billet pour Châteauroux…

— Par Le Mans et Tours ? demanda la buraliste.

— Evidemment… le plus court… J’arriverai pour déjeuner ?

— Ah ! non…

— Pour dîner ? Pour coucher ?…

— Ah non, pour ça il faudrait passer par Paris… L’express de Paris est à huit heures… Il est trop tard.

Il n’était pas trop tard. Beautrelet put encore l’attraper.

— Allons, dit Beautrelet, en se frottant les mains, je n’ai passé qu’une heure à Cherbourg, mais elle fut bien employée.


Pas un instant, il n’eut l’idée d’accuser Charlotte de mensonge. Faibles, désemparées,