Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
288
L’AIGUILLE CREUSE

— Pourquoi supposez-vous qu’il s’échappera ? demanda Ganimard inquiet.

— Pourquoi supposez-vous qu’il ait besoin de s’échapper ? répondit Beautrelet. Rien ne prouve qu’il soit dans l’Aiguille actuellement. Cette nuit, onze de ses complices en sont sortis. Il était peut-être l’un de ces onze.

Ganimard réfléchit.

— Vous avez raison. L’essentiel, c’est l’Aiguille creuse. Pour le reste, espérons que la chance nous favorisera. Et maintenant, causons.


Il prit de nouveau sa voix grave, son air d’importance convaincue, et prononça :

— Mon cher Beautrelet, j’ai ordre de vous recommander, à propos de cette affaire, la discrétion la plus absolue.

— Ordre de qui ? fit Beautrelet plaisantant. Du préfet de police ?

— Plus haut.

— Le président du Conseil ?

— Plus haut.

— Bigre !

Ganimard baissa la voix.

— Beautrelet, j’arrive de l’Élysée. On considère cette affaire comme un secret d’État, d’une extrême gravité. Il y a des raisons sérieuses pour que l’on tienne ignorée cette