Page:Leblanc - Le Chapelet rouge, paru dans Le Grand Écho du Nord, 1937.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Monsieur dit ?

— Je dis fichtre ! Ce qui signifie, en l’occurrence, que vous êtes rudement jolie ! Vous avez dû remarquer d’ailleurs, Amélie, depuis le premier jour, que je vous trouvais à mon goût…

— Monsieur plaisante…

— Je ne demande, en effet, qu’à plaisanter, Amélie. Pourquoi n’est-ce pas vous qui apportez mon chocolat, le matin ?

— C’est le rôle du maître d’hôtel, monsieur.

— J’ai horreur de cet individu. Il y a longtemps qu’il est au château ?

— Quinze jours, comme moi. Nous sommes arrivés la semaine d’avant monsieur.

— Eh bien, il a la figure qui ne me revient pas. Tandis que la vôtre est charmante, Amélie. Et puis, vous sentez rudement bon…

— Quelle chance ! dit-elle en riant.

— Un parfum dont je raffole… « Le clair de lune sous la roseraie en fleurs après un jour de pluie »… C’est un peu long mais capiteux.

— Le parfum de madame.

— Je m’en doute. Et comme je ne peux pas embrasser madame…

D’un geste vif, il embrassa dans le cou Amélie, qui ne chercha pas trop à se dérober. Malheureusement, le maître d’hôtel entrait à la seconde précise, les mains chargées du plateau de café.

« Cré bon sang ! » s’écria-t-il.

Boisgenêt se mit à rire.

— Pas de veine ! Je chipe des cigares, la bonne survient. J’embrasse la bonne, le domestique surgit.

— Eh bien, vous en avez du culot, vous ! proféra le maître d’hôtel qui, s’étant débarrassé du plateau, se planta