Page:Lebon - Henri Poincaré, 1909.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

la partie maîtresse de leur œuvre ou fait connaître leurs idées fondamentales avant qu’ils eussent trente ans. Vous étiez dans la bonne moyenne : vous en aviez vingt-sept.

De là, je n’ai point à vous suivre dans la carrière que vous avez parcourue ; professeur à l’Université de Paris et à l’École polytechnique, vous avez donné à vos leçons un éclat incomparable et si, parmi vos auditeurs, beaucoup ne parvenaient point à vous suivre, tous s’accordaient à proclamer votre étonnante supériorité ; vous avez été, à trente-deux ans élu par l’Académie des Sciences ; vous avez été agréffé à la plupart des Sociétés scientifiques des deux mondes ; vous avez reçu tous les honneurs que pouvait souhaiter votre légitime ambition. Votre nom, sortant du cercle restreint où l’on peut apprécier vos travaux, est devenu illustre devant la nation qui s’en glorifie — et cette illustration, vous ne la devez (lu’: » vous, vous ne relevez de personne, vous n’avez suivi aucun maître, vous n’êtes d’aucune école, vous êtes vous — et c’est assez.

Pareillement, lorsque vous entreprenez la criti(|ue de la Science même, vous en faites votre personnelle affaire, et, sans adopter aucune tradition, sans vous plier h aucune formule, vous marchez dans votre indépendance et parce qu’il plaît ainsi à votre esprit. Vous le laissez même courir, et si vite, et par de tels bonds, qu’il faut pour le suivre combler les vides et remplir les intervalles ; mais vous êtes ainsi. Original en mathématiques, vous le restez en cette branche de la philosophie ; vous y appliquez, en même temps, un goût développé pour la psychologie, une aptitude rare à observer sur vous-même les phénomènes physiologiques, et cette habitude du travail mathématique qui organise la précision et, en décuplant la subtilité, relie les arguments par des chaînes qui semblent imbrisables. N’étant arrêté par rien que vous acceptiez de confiance et a priori^ vous élevez votre doute en face de cette science officielle et vous en sondez le néant. Ainsi votre œuvre esi double : par les mathématiques, vous dressez h la vérité scientifique un temple accessible seulement à quelques rares initiés, et, par vos engins philosophiques, vous faites sauter les chapelles autour desquelles s’attroupent, pour célébrer les mystères d’une prétendue religion de la science, des foules rationalistes et libérées qui, par un certificat d’études primaires, ont acquis le droit de ne croire à rien qui ne leur ait été démontré. Ah ! Monsieur, quel massacre vous faites dans ces démonstrations ! Rien n’échapperait à la rudesse des coups que vous portez, si, de temps à autre, vous ne vous arrêtiez pour vous gausser de vos victimes ou si, pris d’une sorte de remords, vous ne vous amusiez à paraître recoller les membres que vous avez brisés. Les axiomes que la sagesse des âges semblait avoir posés ne sont plus, où vous avez passé, que des définitions ; les lois, que des hypothèses, et, de ces hypothèses, en même temps que le rôle essentiel, vous prouvez la médiocre