Page:Leconte de Lisle - Œuvres, Poèmes tragiques.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
104
POÈMES TRAGIQUES.


Armuré de topaze et casqué d’émeraude,
Comme une idole antique immobile en ses nœuds,
Tel, baigné de lumière, il rêve, dédaigneux
Et splendide, et dardant sa prunelle qui rôde.

Puis, quand l’ardeur céleste enveloppe à la fois
Les nappes d’eau torride et la terre enflammée,
Il plonge, et va chercher sa proie accoutumée,
Le taureau, le jaguar, ou l’homme, au fond des bois.


Guaita - Rosa mystica, 1885 (page 167 crop).jpg