Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




SCÈNE VII


IÔN, KRÉOUSA.


KRÉOUSA.

Xouthos n’est rien pour toi, tu n’es pas né de lui.


IÔN.

Que dis-tu ?


KRÉOUSA.

                       Le flambeau nuptial n’a pas lui
Sur l’union fatale à qui tu dois la vie.
Toi dont l’âme naissante, hélas ! me fut ravie,
Sache enfin ce secret terrible et glorieux.
C’est un plus noble sang, oui ! c’est le sang des Dieux
Qui coule dans ta veine, ô mon enfant que j’aime,
Et ton père immortel est Apollon lui-même !


IÔN

Ô ma mère ! ô destin de gloire et de douleur !