Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




PARFUM DE NYX


Le Pavot



Ô Vénérable ! Oubli des longs jours anxieux,
Immortelle au front bleu, ceinte de sombres voiles,
Qui mènes lentement, dans le calme des cieux,
Tes noirs chevaux liés au char silencieux,
       Par la route d’or des étoiles !

Source des voluptés et des rêves charmante,
Ô Nyx, mère d’Hypnos aux languissantes ailes,
Toi qui berces le monde entre tes bras cléments,
Tandis que mille éclairs, de moments en moments,
       Allument tes mille prunelles,

Entends-nous, Bienheureuse ! Et puisses-tu, sans fin,
Et pour jamais, avec nos stériles chimères,
Et l’antique Kosmos, hélas ! où tout est vain,
Envelopper des plis de ton péplos divin
       Vivants et choses éphémères !