Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
296
POÈMES BARBARES.

Le comte est mort d’un coup loyal, et, tout l’atteste,
Dieu dans son paradis l’a reçu sans conteste.
Si je garde don Rui, fille, c’est qu’il est tien.
Certes, un temps viendra qu’il sera ton soutien,
Changeant détresse en joie et gloire triomphante. —

Puis, cela dit, tous deux entrèrent chez l’Infante.