Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
POÈMES BARBARES.

D’où l’épée au pommeau de fer s’échappe et tombe.
Et le héros aux dents blanches dit : Prends et pars !

Puis, tandis qu’il s’étend sur le dos dans sa couche,
Qu’il recroise les bras et se rendort sans bruit,
Hervor, en brandissant l’acier qui vibre et luit,
Ses cheveux noirs au vent, comme une ombre farouche,
Bondit et disparaît au travers de la nuit.