Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Qu’Érynnis vengeresse, auguste, inexorable,
Le flagelle à jamais dans l’Hadès inhumain !
          Malheur à l’Épouse adultère
          En proie aux lâches voluptés,
Source de sang, de honte et de calamités,
          Opprobre et fardeau de la terre !
Frappez-la, dieux vengeurs, noires divinités !