Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




IX



CYBÈLE.




I. STROPHE.


Le long des mers d’azur aux sonores rivages,
Par les grands bois tout pleins de hurlements pieux,
Tu passes lentement, mère antique des dieux,
          Sur le dos des lions sauvages.
D’écume furieuse et de sueurs baignés,
Les Nymphes de l’Ida, les sacrés Corybantes,
          Déchirent leurs robes tombantes,
          Et dansent par bonds effrénés.