Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’angoisse d’aimer brise un cœur fidèle.
Terre et ciel, pleurez ! oh ! que je l’aimais !
          Cher pays, ne parle plus d’elle :
          Nanny ne reviendra jamais !