Page:Legrand - Recueil de contes populaires grecs, 1881.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA FOURMI ET LE MULOT



Il était une fois une fourmi. Un jour, en balayant sa maison , elle trouva trois pièces de monnaie, et elle se mit à dire : « Que vais-je acheter ? Que vais-je acheter ? De la viande ? Non, car la viande a des os, et je m’étoufferais. Du poisson ? Non, car le poisson a des arêtes, et cela me piquerait. »

Et après avoir dit beaucoup d’autres choses, elle pensa à acheter un ruban rouge. Elle s’en para et se mit à sa fenêtre. Il passa par hasard un bœuf qui lui dit : « Que tu es belle ! me veux-tu pour ton mari ? » Et elle lui répondit : « Chante, afin que je voie comment est ta voix. » Et, plein de fierté, le bœuf se mit à beugler. Et la fourmi, quand elle l’eut entendu, lui dit : « Non, non ; tu me fais peur. »