Page:Lemercier - La Manie des noms d’animaux, 1927.djvu/2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La manie des noms d’animaux
MONOLOGUE
par Eugène LEMERCIER.

I

La langu’ française est infinie,
Ell’ contient d’innombrables mots,
Pourtant nous avons la manie
D’employer des noms d’animaux ;
Ainsi, parfois, ma femm’ rouspète
Et m’cherche noise à la maison,
Eh ! bien, c’est toujours un nom d’bête
Qui lui sert de comparaison.



II

— Oui, me dit-ell’, tu n’es qu’un’ moule,
Tu possèd’s un cœur de moineau,
Tu n’peux pas rencontrer un’ poul’
Sans agir comme un dindonneau ;
Devant sa port’, tu fais l’pied d’grue,
Tu frétill’s ainsi qu’un goujon,
Sans te douter qu’c’est un’ morue
Qui va t’plumer comme un pigeon.



III

— Tu vas m’fair’ tourner en bourrique,
Que j’réponds, oui, j’t’ai fait coucou,
Car j’n’ai pas ça dans l’sang, vieill’ bique !
La fidélité du toutou ;
T’auras beau hurler comme un’ hyène,
Je m’laiss’rai plumer si ça m’plait,
T’es bien trop rat et bien trop chienne
Pour me servir de vache à lait !


Copyright 1927 by Francis Salabert.
Propriété de S.E.M.F.A.
Agence exclusive : ÉDITIONS FRANCIS SALABERT
78, Avenue des Champs-Elysées (Arcades)
35, Bd des Capucines — 107, Avenue Victor-Hugo, Paris
Vente en gros : Paris, 22, rue Chauchat (14, rue de Loxum, Bruxelles)

 
Tous droits d’exécution publique, de traduction, de reproduction et d’arrangements réservés pour tous pays y compris la Suède, la Norvège et le Danemark.