Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




DANIEL STERN


1806 – 1876




Marie-Sophie-Catherine de Flavigny, comtesse d’Agoult, qui a rendu célèbre le pseudonyme de Daniel Stern, naquit à Francfort-sur-le-Mein le 1er janvier 1806, d’un père français et d’une mère allemande. Elle eut ainsi pour berceau la ville natale de Gœthe, de Gœthe qu’elle se rappelait avoir vu dans son enfance, et dont le génie universel était pour elle l’objet d’un culte presque domestique. À cette admiration pour l’auteur de Faust, son père spirituel, elle en devait joindre une égale pour le poète de la Divine comédie, développée par de fréquents séjours en Italie, cette terre de prédilection qui fut pour elle comme une troisième patrie. Toutefois son enthousiasme pour ces grands génies étrangers ne l’empêcha pas d’apprécier et d’étudier les maîtres de notre littérature ; elle se forma sous ces influences diverses comme sous un triple rayon. Il en résulta ce talent si riche et si varié, si compréhensif et en même temps si concentré et si personnel, qui la marque d’un caractère à part entre les grands écrivains contemporains.

Bien quelle ait débuté par le roman (Nélida, 1846), et qu’elle ait plus tard écrit des drames remarquables (Trois journées de la vie de Marie Stuart et Jeanne d’Arc), ce n’est pas dans les œuvres d’imagination qu’elle a laissé la trace la plus durable. Comme plusieurs de nos écrivains les plus illustres et les plus populaires, elle a su allier la poésie à la critique et l’art à l’érudition. Historien éminent dans son Histoire