Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t2, 1887.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





GEORGES LAFENESTRE


1837




Georges Lafenestre, né à Orléans en 1837, a passé une partie de sa première jeunesse en Touraine. C’est là, sans doute, au sein des spacieuses et lumineuses vallées de la Loire et du Cher, près de ces belles eaux où se reflètent les châteaux d’Amboise, de Langeais et de Chenonceaux, qu’il a subi inconsciemment l’influence des poètes et des artistes du XVIme siècle. Son œuvre poétique garde de nombreuses traces de son séjour dans les molles et joyeuses campagnes tourangelles. Georges Lafenestre est un amoureux de la Renaissance, et l’Italie l’a de bonne heure attiré. Il a passé plusieurs années à Florence et à Rome, et il en a rapporté de remarquables études sur les Maîtres anciens et la Peinture Italienne, qui lui ont assigné une place d’honneur parmi nos critiques d’art. Il y a composé également un roman : Bartolomea (1869), qui contient de fins et charmants tableaux de la vie contemporaine à Rome. On retrouve cette même influence et ces mêmes prédilections dans ses deux recueils de vers : Les Espérances (1864) ; Idylles et Chansons (1874). Lafenestre s’y montre très délicat sans mièvrerie ; sa pensée souvent profonde n’est jamais obscure, sa mélancolie n’exclut pas la sérénité ; son émotion s’épanche librement dans une forme lyrique parfois un peu flottante, mais toujours lumineuse et comme argentée par ce soleil des Collines toscanes qu’il a chantées en beaux vers.

Les poésies de Lafenestre ont été publiées par A. Lemerre.

André Theuriet.