Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t2, 1887.djvu/454

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





GABRIEL MARC

1840


Gabriel Marc est né à Lezoux (Puy-de-Dôme). Il vint de bonne heure à Paris, débina dans le Parnasse contemporain de 1866, et, sous les auspices de Théodore de Banville, son parent, et de Charles Asselineau, publia son premier recueil de vers, Soleils d’Octobre (1868). Il a donné depuis deux autres recueils : Sonnets Parisiens (1875) et Poèmes d’Auvergne (1882), qui montrent, par leur diversité, la souplesse du talent de l’auteur. Les Sonnets Parisiens sont des caprices funambulesques et de spirituelles fantaisies. Dans les Poèmes d’Auvergne, le poète oublie momentanément Paris et chante, dans une langue simple et robuste, les paysages, les mœurs, les traditions de son cher pays natal, apportant ainsi, comme il le dit lui-même, « une pierre nouvelle à l’édifice inachevé, mais en pleine construction, de nos poèmes de province. »

Ses oeuvres ont été publiées par A. Lemerre et G. Charpentier.

Auguste Dorchain.



MON RÊVE


Mon rêve, c’est d’aller, quand je serai très vieux,
Dans mon pays d’enfance où dorment mes aïeux,
Vivre modestement dans une solitude ;
D’y mener sans regret et sans inquiétude