Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
102
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


III


Elles dirent : « Peut-être, » et tout s’évanouit.
L’étrange vision s’éparpilla dans l’ombre.
À mes regards troublés soudain tout devint sombre,
Et je vis s’ébaucher dans cette vague nuit

Une autre vierge encore. Elle n’était ni belle,
Ni fière ; elle n’avait point d’habits précieux ;
Elle avait deux trous noirs à la place des yeux...
Et je dis : « Le bonheur n’est complet que par elle. »



IV


Depuis, j’ai vu des gens qui se croyaient heureux
Par la gloire, ou l’amour, même par la fortune.
Hélas ! je n’eus jamais aucune envie, aucune !
De devenir comme eux, ni de faire comme eux.

Après l’avoir suivi dans ces métamorphoses,
J’ai gratté ce vernis qu’on nomme le bonheur.
J’ai démasqué ce spectre. — Alors, j’ai vu l’horreur
Et la mobilité des hommes et des choses.

Puisqu’il en est ainsi, c’est bien. Je veux souffrir
Au point que ma douleur se transforme en extase !
Soit ! Je boirai le fiel sans plainte. Et quand le vase
Sera vide, je veux le jeter — et mourir.


(La Cité noire)