Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
174
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


De nos fiers escadrons les lignes onduleuses
               Se déroulent sous le ciel bleu :
               Entends-tu leurs clameurs joyeuses ?
À la charge, en avant, pour le Czar et pour Dieu !





PORTRAIT VÉNITIEN




J’aime les cheveux roux et les visages pâles
Comme les a toujours aimés le Titien :
          Ces deux couleurs sont pures et royales ;
Elles vont aux enfants de sang patricien.

J’aime les fines mains aux ongles longs et roses,
Aux veines qui de bleu se colorent parfois :
          Ces fines mains nous disent tant de choses,
Tant de force et de grâce est unie en leurs doigts !

J’aime sur de grands yeux les paupières baissées,
Et l’ombre des cils noirs qui les rendent plus doux ;
          Car le reflet des divines pensées
S’échappe de ces yeux et descend jusqu’à nous.