Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ABEL HERMANT


1862




Abel Hermant, né à Paris le 3 février 1862 , fit ses études au lycée Condorcet et fut reçu le premier à l’École Normale. Il n’y resta qu’une année et donna sa démission pour se consacrer exclusivement à la littérature. À vingt et un ans il publia ses premiers vers, Les Mépris (1883). Les courts poèmes dont se compose ce volume ont un charme particulier et tout moderne. D’une facture simple mais non exempte des recherches de style qui caractérisent l’artiste, ils disent excellemment les doutes et les tristesses du penseur dont l’esprit s’est aiguisé au scepticisme du siècle qui s’éteint. Et cependant la foi reste toujours vivace au cœur du poète.

M. Abel Hermant a écrit en prose plusieurs romans qui ont eu du succès, notamment Le Cavalier Miserey.

Ses poésies ont été éditées par P. Ollendorff.

a. l.





L’ÉTOILE




Je suis le Chaldéen par l’Étoile conduit
Vers un but inconnu que moi-même j’ignore.
Quelle main alluma cet astre dans ma nuit ?
Quel spectacle à mes yeux révélera l’Aurore ?