Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


L’amoureux se souvient du dernier songe bleu.
La lèvre sur le front de l’adorable femme,
Il étreint tendrement son âme sur son âme,
Sa poitrine se gonfle et son œil est en feu.

Tout son être s’exhale en trésors de candeur,
Il peint timidement son ivresse ingénue :
On dirait un zéphyr échappé de la nue
Et n’osant pas donner sa caresse à la fleur.

Mais bientôt, enfoui dans un flot de cheveux,
Il sent naître l’audace à l’ombre de leurs tresses,
Et les baisers enfin succèdent aux caresses...
Le ruisseau fait un coude... Adieu les amoureux !