Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
422
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


Dans les beaux soirs, les amoureux
S’en vont par le sentier plein d’ombre.
Ah ! mignonne, qu’ils sont heureux,
Dans les beaux soirs, les amoureux.
J’ai fait bien des souhaits pour eux,
— Et nous ai comptés dans le nombre.
Dans les beaux soirs, les amoureux
S’en vont par le sentier plein d’ombre.

Je vous montrerai ce sentier,
Ce frais sentier où tout fleuronne,
Et l’aubépine et l’églantier.
Je vous montrerai ce sentier
Où, pendant un jour tout entier,
Je n’ai pensé qu’à vous, mignonne...
Je vous montrerai ce sentier,
Ce frais sentier où tout fleuronne.