Page:Lepelletier - Émile Zola, 1908.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Entre Émile Zola et l’auteur de cette étude, durant de longues années, existèrent des liens d’amitié. Les circonstances firent de l’un et de l’autre, non des ennemis, mais des antagonistes. Ils combattirent, chacun pour ce qu’il estimait juste, en des camps opposés. Dans la bataille littéraire, ils demeurèrent d’accord.

Les Lettres sont à côté des besognes politiques, et l’Art est au-dessus de l’esprit de parti. On peut, on doit rendre hommage à un grand écrivain, même lorsque, à un moment de sa vie, contre vous, contre vos convictions, il tourna sa plume.

Les partisans de l’empire, Napoléon III étant encore sur le trône, s’inclinaient devant le génie de Victor Hugo. Ils n’acceptaient assurément pas tout de son œuvre, et tout dans sa vie ne leur plaisait pas. Ils négligeaient Napoléon le Petit pour relire les Feuilles d’Automne, et leur légitime admiration pour la Légende des Siècles ne leur imposait pas l’approbation pour les violences des Châtiments envers le souverain qu’ils aimaient et le régime qu’ils défendaient.