Page:Leprohon - Armand Durand ou la promesse accomplie, trad Genand, 1869.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
13

avait pas lieu d’y mettre une précipitation immodérée. »

Les intéressés, surtout Durand, furent d’un avis contraire, et deux semaines après, de bonne heure le matin, l’heureux couple fut marié dans l’église du village. M. de Courval servait de père à la mariée, M. Lubois s’étant convaincu qu’il lui était impossible d’aller à Alonville pour la circonstance. Le déjeuner donné par l’excellent seigneur fut somptueux, quoiqu’il n’y eut que peu de monde pour le partager ; et au moment du départ, donnant une chaleureuse poignée de main à Durand :

— N’est-ce pas, lui dit-il, qu’après tout nous nous sommes bien passés de nos nobles cousins !

Il est probable que c’était la crainte de voir cette parenté réclamée par les nouveaux mariés qui avait déterminé l’injustifiable indifférence dont les Lubois avaient fait preuve. « Nous n’irons pas, s’étaient-ils dit avec aigreur, nous exposer aux incursions de ces campagnards. M. de Courval peut faire toutes les politesses qu’il lui plaira au fermier Durand, parce qu’il demeure dans une campagne où la société n’est pas seulement limitée, mais encore très peu choisie ; quant à nous, nous ne pouvons pas songer à admettre dans notre salon aristocratique un paysan aux bottes ferrées et aux rustiques manières. »