Page:Lermina - L’Énigme.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’appelait. On eût dit quelquefois que cette nature — naguère vivace — aujourd’hui brisée — pliait sous quelque douleur secrète et toujours saignante.

Le général ne la quittait plus : à la voir lentement s’éteindre, il serrait plus fortement contre sa poitrine l’enfant qui était comme le renouveau de sa vie. Le caractère de la pauvre femme s’était singulièrement modifié. Il semblait que ses facultés s’altérassent. Elle avait des convulsions morales, des crises terrifiées pendant lesquelles, hagarde, elle repoussait son mari, son fils, criant des mots sans suite et des phrases incompréhensibles. Ces agonies de l’être aimé épuisent les plus forts courages.

À l’heure de sa mort, comme le général, pleurant, se tenait penché au pied de son lit, la couvrant de son regard dont il eût voulu la réchauffer, Georges vint s’agenouiller pieusement auprès d’elle. Elle se redressa par un effort violent, et le