Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— À quelques centaines de pieds sous terre, tout simplement…

— Haô ! fit le détective. C’est beaucoup !… alors nous sommes perdus !…

— Tant que le sang circule dans nos veines, répliqua Sir Athel, tant que la tête est saine et les muscles élastiques, il ne faut jamais désespérer. Vous n’avez rien de cassé ?

— Rien !

— La tête est nette ?

— À peu près !…

— Eh bien, je vous dis, moi, Sir Athel, que nous ne devons nous avouer vaincus qu’après tout avoir tenté pour nous tirer d’affaire… Allons ! Bobby !… vous êtes citoyen anglais… il faut que vous et moi nous fassions honneur à notre pays… n’oubliez pas qu’il y a là-dessous un Français qui nous jugera.

— Un Français ! Qui cela ?

— Mais votre ami Labergère…

— Tiens ! c’est vrai !… Comment ! il n’est pas plus démoli que nous !…

— Penchez-vous sur ce trou et parlez-lui.

— Hé ! M. Labergère, how do you do ?

Quite well, much obliged ! répondit le reporter avec un bon rire.